24 août 2015, 13:05

"Ce match est le meilleur exemple d’apprentissage pour les coachs!"

Roger Federer Yves Allegro

par Yves Allegro, 37 ans, ancien spécialiste de double et joueur suisse de Coupe Davis. Actuellement, entraineur chef de la relève U14 chez Swiss Tennis, à partir du 1er septembre coach principal.
 
Comme beaucoup d’autres personnes, j’ai également regardé hier soir la finale entre Roger Federer et Novak Djokovic au tournoi de Cincinnati. Je pensais déjà avant la rencontre que Roger avait de grande chance de gagner. Il avait joué toute la semaine de manière très convaincante pendant que Djokovic, de son coté, avait du mal à trouver le rythme et ne montrait pas le tennis quel nous sommes habitués à voir de sa part. De plus, la surface de Cincinnati convient parfaitement au jeu de Federer. Mais ce que Roger nous a montré hier, nous ne l’avions pas vraiment imaginé de la sorte.

Roger Federer a 34 ans et à cet âge-là beaucoup d’autres sportifs d’élites ont déjà raccroché leurs raquettes, surtout dans une discipline si intensive que le tennis. Roger montre simplement tous les jours qu’il aime le tennis. Avec 17 titres du Grand-Chelem à son palmarès, il détient presque tous les records en tennis, mais il continue à faire évoluer son jeu et à surprendre ses adversaires, les experts et les fans avec sa tactique très agressive. Que Novak Djokovic ne voulait pas répondre à la question quand on lui a demandé de ce qu’il pensait de la façon très agressive de retourner de Roger démontre clairement qu’il a été surpris et dépassé par cette nouvelle tactique. Roger a réussi à le sortir de sa zone de confort et à le surprendre, tout cela dans leur 41ème face é face!
 
Dans le travail de la relève chez Swiss Tennis, nous essayons d’apporter aux juniors les meilleurs outils pour leur future carrière. Roger est naturellement un modèle pour tous mais si je veux retirer les points essentiels du dernier match pour les jeunes joueurs, les voici: tu veux avoir du succès alors fais un travail sur toi-même et sur ton jeu et ça perpétuellement. Tu dois te préparer et réfléchir avant tes matchs à la tactique que tu vas adopter, tu dois ensuite t’y tenir même si elle ne fonctionne pas toujours. Tu dois croire en ton jeu et aller chercher la victoire sans espérer que ton adversaire te fasse des cadeaux et t’offre le match.
 
J’ai parfois l’impression que, en Suisse, nous allons très souvent sur le terrain en se disant « je ne veux pas perdre ». C’est faire fausse route! Il faut aller sur le court en se disant «  je veux gagner ! ».  Et ceci, Roger l’a une fois de plus démontré hier soir lors de la finale: il voulait absolument cette victoire et a eu l’audace d’apporter quelque chose de nouveau. Ce n’était pas un choix spontané mais bien le résultat d’intensives discussions avec ses entraineurs, ses propres réflexions et beaucoup beaucoup d’entrainements. Cela vient également d’une volonté de toujours vouloir progresser sans se satisfaire de chose à moitié réussie, tout cela à 34 ans et en étant probablement le plus grand joueur de tous les temps. Le match que Roger a montré hier n’est pas simplement un bon exemple pour les juniors mais il l’est également et surtout pour les coachs. Ils devraient s’inspirer de cette attitude afin d’ apporter aux jeunes espoirs les meilleurs outils pour leur avenir et leur permettre de suivre le chemin des meilleurs tout en prenant du plaisir à jouer au tennis et à progresser encore et toujours.

Highlights Federer - Djokovic, finale Cincinnati, 23 août 2015

 

Ajouter un commentaire

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8