Comprendre et soutenir les parents

06 Février 2016, 15:37

Comprendre et soutenir les parents

Bernhard Schär am Nationalen Forum für Juniorenverantworliche.

Bernhard Schär a animé le podium lors du 2e Forum national pour les responsables des juniors (allemand).

Le champ de tension entre les parents, les entraîneurs et les juniors du tennis figurait à la une du Pqu’ s’est déroulé le week-end dernier au Centre national à Bienne.

«Jusqu’à présent, nous n’avions jamais beaucoup parlé des parents dans nos cours de formation. Or, la répartition des rôles et la collaboration entre parents et entraîneurs est un thème très vaste et captivant». C’est sur cette remarque que Jürg Bühler, responsable de la formation et psychologue du sport chez Swiss Tennis, est entré dans le vif du sujet.

Le Forum national de cette année s’articulait en effet autour de la collaboration entre parents et responsables des juniors dans les clubs/centres. Jürg Bühler et le psychologue du sport Olivier Schmid de l’Université de Berne (pour la version française du Forum) ont présenté des informations et des conseils utiles dans ce contexte.

Comprendre les parents

En tant que responsable des juniors et entraîneur, il est important d’être à l’écoute des parents et de les comprendre. «Tous les parents veulent des enfants heureux et sûrs d’eux-mêmes. Mais beaucoup de parents ignorent tout du code de comportement dans le tennis et des principes du coaching, mais ils sont nombreux à ignorer qu’ils n’en savent rien», a stipulé Bühler.

Sachant que les parents du tennis sont toujours des soutiens, des coaches et des modèles pour leurs enfants, les responsables des juniors  doivent convoyer aux parents les informations nécessaires et les équiper pour être à la hauteur de leur rôle. En tant que soutiens de leurs enfants, les parents doivent par exemple être informés au sujet de l‘entraînement ou connaître les bases de la planification des tournois. En tant que coaches, les parents devraient maîtriser les rudiments du coaching et en tant que modèles, ils devraient être pour leurs enfants l’incarnation du fair-play et du respect.

Pour éviter les conflits dans le champ de tension entre parents, entraîneurs et enfants, il est important que les responsables des juniors intègrent les parents du tennis, les soutiennent et participent à leur formation par des outils tels que les soirées de parents, les ateliers et surtout, le dialogue régulier.

Communiquer ouvertement et clarifier les rôles

L’importance de la communication entre parents et responsables des juniors est également apparue lors du podium où Jürg Bühler, Andrea Dürst, professeure de tennis diplômée et cheffe des juniors du TC Wettswil, ainsi que Manuel Steiner, père de deux fils passionnés de tennis, ont répondu aux questions du modérateur sportif Bernhard Schär.

«Les contacts avec les parents du tennis sont souvent très positifs. Ils donnent des coups de main, nous félicitent pour notre travail et se réjouissent des progrès de leurs enfants», raconte Andrea Dürst. Mais le quotidien du club a aussi ses côtés négatifs. Il y a par exemple des parents qui ne sont pas contents que leur enfant ait été mis dans tel ou tel groupe, qui sont surmotivés et ne lâchent pas d’une semelle leurs enfants aux tournois et qui de toute façon surestiment totalement les aptitudes de leurs petits chérubins. Jürg Bühler insiste sur l’importance d’une communication ouverte entre entraîneur et parents sur ce point: «Les parents ont de toute façon tendance à surestimer leurs enfants. Le rôle de l’entraîneur consiste alors à  leur dire honnêtement et en toute objectivité quelle est son appréciation.»

Manuel Steiner a expliqué qu’entre lui et les entraîneurs de ses deux garçons, des règles claires avaient toujours été définies (est-ce qu’il faut donner des commentaires ou s’abstenir pendant l’entraînement, etc.?). En établissant des règles claires et définissant sans équivoque la répartition des rôles entre parents et entraîneur, on supprime une zone de friction importante. En effet, aussitôt que les juniors se mettent à disputer des compétitions, il est essentiel que l’on ne doive plus se poser des questions du genre: «Qui décide quels tournois seront disputés? Qui inscrit? Qui définit quels objectifs? Ou qui fait quelle analyse des matches et quand?» Au bout du compte, les parents tout comme les entraîneurs veulent la même chose: des enfants heureux et sûrs d’eux-mêmes qui prennent du plaisir à jouer au tennis le plus longtemps possible.

 

Plus Informations

Parents? Coaches? Ou les deux à la fois? (Article du Swiss Tennis Newsletter 21.12.2015)

Présentation 2e Forum national pour les responsables des juniors

Questionnaire pour les parents d’enfants jouant au tennis

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8