La Swiss Tennis Partner Academy Zürich concentre ses forces

11 janvier 2019, 10:32

La Swiss Tennis Partner Academy Zürich concentre ses forces

Robin Roshard (à gauche) et Roman Valent 

Le complexe de tennis Lengg avec son académie de tennis est intégré dans le réseau des académies partenaires de Swiss Tennis depuis de nombreuses années. Depuis deux ans, l’académie (Progressive Tennis) est dirigée par Roman Valent.  Entretemps, la Robin Roshardt Academy est venue s’installer tout près de là  et elle opère avec un égal succès. Dans une interview, Alessandro Greco, directeur Sport d’élite chez Swiss Tennis, parle des synergies intéressantes dont profite la relève tennistique zurichoise grâce cette constellation originale. 

Alessandro Greco, Swiss Tennis s’est engagé dans une nouvelle voie avec les académies de tennis zurichoises des deux anciens pros Roman Valent et Robin Roshardt. Pouvez-vous préciser ce que cela signifie?

Une académie partenaire de Swiss Tennis devrait avant tout concentrer ses efforts sur le sport de performance dans le domaine U15[1]. L’académie de Roman Valent, un de nos partenaires de longue date, compte actuellement parmi ses protégés des talents qui n’ont pas encore ou déjà dépassé cette limite d’âge. L’académie de Robin Roshardt, située dans le même complexe, avait fait du domaine U15 son métier clé en  y incluant aussi le programme d’encouragement des enfants Kids Tennis. Parce que les deux académies accomplissent un excellent travail et qu’elles sont en plus voisines, la décision a été prise de fusionner le domaine du sport de performance des deux écoles. Les talents du domaine U14 seront majoritairement encadrés par Robin Roshardt, puis ils passeront progressivement sous la férule de Roman Valent à partir de l’âge de 14 ans. Une transition en douceur est ainsi garantie. Les deux académies resteront autonomes, chacune conservant sa propre direction, mais dans le domaine U15, elles formeront une entité unique et opéreront un partage clairement délimité des tâches et des compétences.

Une fusion de ce type et à ce niveau de performance constitue une nouveauté pour la Suisse. Quelles ont été les plus grandes difficultés dans ce processus de regroupement?

Pour commencer, j’aimerais souligner que c’est un bon signe pour le tennis suisse : nous avons beaucoup de jeunes talents, mais aussi quelques excellentes structures de formation. Notre vision était de les réunir autour d’une même table et de les intégrer au sein d’une même organisation afin que les talents puissent encore mieux profiter de ces précieuses ressources. J’aimerais aussi tirer mon chapeau aux deux headcoaches, au propriétaire du complexe et à l’association régionale : tous ont eu une attitude de coopération constructive et ont réalisé notre vision de manière très expéditive. Le modèle de financement et de subventionnement que nous avons mis en place dans ce cas très particulier est exceptionnel : pour la première fois, il est en effet possible de retracer le flux de l’argent « du haut vers le bas ». Pour un sponsor potentiel, il devient ainsi plus intéressant d’investir et pour Swiss Tennis, c’est une manière claire et transparente de documenter que « l’argent va directement au court » comme le veut sa philosophie».

Vous avez parlé d’un « modèle de subventionnement » – pouvez-vous développer?

C’est un modèle que nous entendons introduire dans toutes nos académies partenaires. La constitution d’une grande cagnotte supplémentaire de subventionnement est prévue pour un proche avenir, idéalement sous la forme d’une fondation. Toutes les subventions que perçoivent les académies partenaires : allocations de Swiss Tennis ou Swiss Olympic, contributions des sponsors, des donateurs et des associations régionales, etc., feront bouillir cette marmite.

Des fonds pourront ensuite en être prélevés pour aider des joueuses et des joueurs. Un exemple : le conseil de fondation pourra décider à quel prix une heure d’entraînement qui coûte normalement CHF 100.00 sera facturée au joueur ou à la joueuse subventionné. Ce système permettra aussi aux parents de voir l’ampleur du soutien consenti à leur enfant. Nous allons accélérer la réalisation de ce projet dans les deux ans à venir.

Vous dites qu’à l’avenir, un bon junior de la région de Zurich, fille ou garçon, sera intégré dans le domaine du sport de performance U15 de la Swiss Tennis Partner Academy Zürich. Quels avantages autres que ce financement partiel de l’entraînement en tireront les athlètes ?

En plus des conditions préférentielles à l’entraînement, les junior-e-s sélectionné-e-s bénéficieront de privilèges dans le contexte de l’encouragement général. La priorité leur sera accordée dans la planification des semaines d’entraînement ou de tournoi, au niveau des heures d’entraînement, des sparrings, etc. Par ailleurs, l’appartenance au domaine du sport de performance U15 assure la cohérence dans la formation et l’encouragement des jeunes talents puisque les académies travaillent en collaboration étroite avec les responsables de Swiss Tennis et appliquent la « Road to Top » conformément au concept d’encouragement global.

[1] Le domaine du sport de performance U15 intègre toutes et tous les joueurs du cadre (cadre suprarégional, cadre de la relève, etc.) des moins de 15 ans. Mais il accueille aussi les joueuses et les joueurs auxquels le headcoach d’une académie partenaire attribue le potentiel d’entrer un jour dans un de ces cadres. 

 

 

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8