Nina Stadler – How to be a Coach

Nina Stadler
Nina Stadler – sur les traces de Melanie Molitor

Nina Stalder, 26 ans, a mis fin à sa carrière de joueuse de tennis professionnelle l’automne dernier. Elle fait maintenant ses premières expériences en tant que coach. Elle s’engage ainsi dans une voie que peu de femmes suivent encore aujourd’hui.

Swiss Tennis décerne désormais le prix Golden Coaches Circle. Ce prix récompensera à l’avenir les entraîneurs de joueuses et joueurs suisses les plus performants au niveau international. C’est Melanie Molitor qui a récemment inauguré ce cercle illustre. La mère de Martina Hingis a mené non seulement sa fille, mais aussi Belinda Bencic au sommet de l’élite mondiale. Le fait qu’une femme soit ainsi la première à entrer dans le Golden Coaches Circle est tout sauf évident. Les femmes coachs restent l’exception dans le tennis professionnel. Nina Stalder a elle aussi travaillé exclusivement avec des entraîneurs masculins durant sa carrière – une femme n’a jamais fait partie de son équipe d’entraîneurs. « Cela ne m’a pas consciemment manqué, mais en particulier en dehors des courts de tennis, il y a de temps en temps des sujets qu’une jeune femme préfère ne pas aborder avec un homme », explique la jeune femme de 26 ans.

Joueuse et coach en une seule personne

Le temps comme joueuse active appartient désormais au passé de la Toggenbourgoise. En octobre 2021, elle a disputé son dernier tournoi sur le circuit ITF en Israël. C’était la fin d’une carrière qui a été particulièrement fructueuse en double. Nina Stalder a fêté 13 titres ITF avec différentes partenaires. Elle a atteint le 532e rang mondial en simple. Jenny Dürst, 23 ans, est actuellement classée un peu plus loin. C’est elle qui a permis à Stalder de faires ses premières expériences en tant que coach alors qu’elle était encore active. « Jenny m’a dit que sa mère ne pouvait pas s’occuper d’elle à tous les tournois et qu’elle avait donc pensé à moi. Je lui ai dit que j’aimerais bien le faire. Et comme en plus j’avais envie de jouer en double, j’ai été pour elle coach et partenaire en une seule personne pendant six semaines. »

Respect pour la nouvelle tâche

Quelques mois plus tard, Stalder a reçu une demande de Swiss Tennis lui proposant d’encadrer d’autres jeunes joueuses lors des tournois. La Suissesse orientale n’a pas hésité : « Par mon expérience sur le circuit, je sais combien il est important d’avoir quelqu’un à ses côtés. Cela peut être difficile de se rendre toute seule à des tournois. Je me réjouis de pouvoir soutenir les jeunes athlètes ». Nina Stalder accompagnera donc Alina Granwehr (18 ans) et Valentina Ryser (21 ans) au cours des prochains mois. Elle ne veut pas encore se fixer d’objectifs trop ambitieux. La jeune femme de 26 ans dit d’elle-même qu’elle se trouve encore dans une sorte de phase de découverte. Et même si elle se réjouit de cette nouvelle tâche, elle la respecte aussi : « Pour réussir en tant qu’entraîneur, je dois pouvoir m’occuper de chaque joueuse individuellement et sentir ses besoins. Dans ce contexte, il n’y a aucune garantie que l’on s’entende bien sur le plan humain. C’est un grand défi. »

Dans ce blog, Nina Stalder nous emmène dans ses voyages en tant que coach. À intervalles irréguliers, elle nous fera part de ses succès, de ses expériences et de son vécu – que ce soit par texte, image ou son. Nous aurons ainsi un aperçu exclusif du travail d’une jeune coach.

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8